imprimer cette page

Un biscuit entre dans l’histoire

Vous le connaissez certainement ce biscuit dur comme la pierre. L’histoire le révèle : l’Anneau de Willisau n’a pas pour origine Willisau. Il s’agissait plutôt d’un boulanger argovien, Heinrich Maurer, marié à une personne de la famille Peyer de Willisau. Sa femme, Martha Peyer, travaillait comme gouvernante au vénérable château Heidegg et y a appris la recette des Anneaux de Willisau se composant de sucre, farine, miel, eau, zestes de citrons et d’oranges. En 1850, Maurer s’est mis à fabriquer les biscuits sous le nom de « Anneaux Maurer ». Au village, les habitants ne se montraient pas très enchantés au produit inconnu de cet immigrant. Après réflexion, Heinrich changeait le nom de cette création et l’appelait désormais «Anneau de Willisau». Depuis cette modification, le biscuit connaît un succès fou.

Ce célèbre anneau de Willisau est symbolisé par l’amour. Ce biscuit est connu pour être le biscuit le plus dur de Suisse. Celui qui connaît l’astuce casse l’anneau en quatre avec le coude et le laisse fondre sur sa langue, morceau par morceau. Voilà comment mettre vraiment en valeur le goût unique de miel et de citron de ce grand classique. Au cours de ces 165 dernières années, les Suissesses et les Suisses ont développé leur propre méthode pour savourer l’Anneau de Willisau. Certains le trempent dans leur café ou leur thé au quatre heures, d’autres mettent l’anneau entier dans la bouche et laissent l’arôme se déployer sur leur langue.

Sources Internet


webdesign bucca