imprimer cette page

Le calme en vaut la peine

Les conflits font part de la vie quotidienne – plus ou moins prononcés. Même si les conflits sont tout à fait normaux, ils pèsent sur les personnes concernées, dérangent le déroulement des travaux et causent des frais.

Il est donc primordial de résoudre les problèmes à la base, soit les conflits interpersonnels. Ceux qui sont provoqués par les attitudes et les attentes différentes, les besoins individuels, les motifs des actions et souvent par un comportement irréfléchi. Tout en sachant que l’on pourrait les éviter si on réagissait de manière plus décontractée.

Comme responsable il faudrait se rendre compte de l’insignifiance de l’état des choses. Il est rare que les tâches soient si importantes à ce que l’entreprise en soit ruinée. Les contrôles pourraient donc être réduits aux résultats du travail. Les étapes bien définies empêchent le pire qui n’arrive que rarement. Avoir de la confiance ne signifie pas de ne plus être maître de la situation mais de ne pas se mêler des tâches des collaborateurs et de le motiver en leur donnant la confiance. En toute tranquillité, on permet à soi et aux collaborateurs de sortir des sentiers battus et de trouver la meilleure des solutions. Ce qui signifie de la patience, de la sincérité et de la maîtrise pour ne pas couper la parole aux autres et surtout ne pas avoir une opinion préconçue lors de l’entretien.

Rester impassible ne signifie pas se sentir attaqué personnellement. Les collaborateurs critiqués font bien de ne pas se sentir assaillis. Il vaut mieux garder une certaine distance envers la personne et l’affaire. Restez poli, réagissez objectivement et réfléchissez peut-être avant les réponses correspondantes. Autant calculer le comportement du chef que de s’énerver de sa manie. En notant les déclarations, on précautionne un vol d’idées par exemple. Il est compréhensible si on se fâche mais n’apporte rien en général.

Rester impassible signifie de reconnaître ses propres fautes. Que pensent vos collègues de vous si vous oubliez de les saluer, si vous joignez les conférences trop tard, si vous coupez la parole à vos collègues, si vous râlez sans cesse ? Il faut savoir que personne d’entre nous ne reste calme et accepter quelques particularités ou un mauvais jour sans commentaire.

Rester impassible signifie d’avoir davantage de tolérance et de consentement. Pour cela, il faut de la confiance en soi, accepter l’opinion des autres et ne pas se fixer sur ses propres idées et méthodes. Pour un climat de travail agréable entre collaborateurs, il faut savoir faire des compromis. La colère est fortement déconseillée. Avant de critiquer le comportement d’un collègue sur les toits, il vaudrait mieux s’entretenir avec lui.

Valable pour le cadre dirigeant tout aussi bien que pour les collaborateurs : Il faut se connaître et savoir son type de comportement pour éviter des conflits. La manière de voir l’importance des hommes et des choses aide à atteindre un comportement calme et d’éviter des querelles inutiles. La tolérance, l’empathie, la confiance et l’objectivité vous y aident. La seule chose qu’on peut vraiment influencer reste d’adapter notre point de vue, nos actions et réactions.

Auteur : Silke Mayer, communications


webdesign bucca