imprimer cette page

Le poids léger

Le chercheur Humphry Davy appelait ce nouveau métal : l’aluminium. Il l’a extrait de la terre glaise, respectivement  de la terre d’alun en 1809 par l’électrolyse. Selon une légende, l’empereur romain Tiberius aurait reçu en 42 ans avant Jésus- Christ un bol fait d’un matériel blanc argenté. De peur que les nouveaux matériaux puissent dévaloriser son trésor de guerre, il faisait tuer l’artisan. Le sort était pourtant moins brutal avec des investigateurs suivants comme Pierre Berthier qui découvrit en 1821 un minéral d’argile près des Baux de Provence – d’où le nom "bauxite". Quatre ans plus tard, Hans Christian Oersted découvrit des traces d‘aluminium et encore deux ans plus tard, Friedrich Wöhler réussissait à recevoir un aluminium plus pur. En France, Henry Sainte-Claire Deville parvenait à produire une importante quantité d’aluminium et lors de l’exposition mondiale à Paris en 1855, un bloc d’aluminium intitulé « argent tiré de l’argile » était exposé. Indépendamment l’un de l’autre. Paul Toussaint Heroult en France et Charles Martin Hall en Amérique ont déposé une patente pour l’électrolyse ignée en 1886. C’est ainsi que débuta la marche triomphale de l’aluminium. En règle générale, on le produit toujours de la même manière, cependant des améliorations techniques ont été apportées. La première électrolyse ignée en Europe a été érigée en 1888 à Neuhausen au saut du Rhin avec l’aide de Heroult.


webdesign bucca